FPN: pour lutter contre le Racket, le commandant en chef interdit les contrôles routiers

le commandant en chef veut lutter contre le racket © DR

Libreville le 9 septembre 2022 – ( Dépêches 241). La Fin du racket, c’est l’objectif recherché par Serge Hervé Ngoma, Commandant en Chef de la Police Nationale au moment où ce dernier a pondu une note interdisant tous les contrôles routiers. Le patron de la police entend par cette mesure, éradiquer le phénomène du racket présent depuis des décennies, décrié par les populations, combattu souvent mais jamais vaincu. 

A l’instar de son collègue de la gendarmerie Nationale, le Général de Brigade Yves Barrassouaga, Serge Hervé Ngoma, le commandant en chef de la Police Nationale, Serge Hervé Ngoma a à son tour, décidé de mettre un terme aux contrôles intempestifs. C’est par une note n°01486/CCFPN-CAB du 25 août 2022 que le patron de la Police a rendu officielle cette décision tout en y apportant des précisions. « Suite aux nombreuses plaintes des usagers sur des cas de corruption et de racket, il est rappelé à l’attention de tous les policiers que les contrôles routiers intempestifs sont interdits sur toute l’étendue du territoire national, sauf cas de force majeure et instruction du commandant en chef », a informé le général de division, Serge Hervé Ngoma. 

Conscient de la témérité de ses hommes, le commandant en chef de la Police Nationale a tenu à circonscrire les activités de policiers sur le terrain. « Les services de police en charge de la voie publique, se limiteront désormais à la régulation de la circulation routière et, le cas échéant, à la verbalisation des usagers en cas d’infraction dûment constatée », a souligné Serge Hervé Ngoma. 

Ainsi précisé, Serge Hervé Ngoma a ensuite indiqué ce à quoi s’exposent tous policiers qui violeraient les instructions émanant de cette note. « Tout policier réfractaire aux présentes dispositions et pris en flagrant délit de contrôle sera immédiatement présenté devant un conseil extraordinaire qui statuera sur sa révocation, de même qu’elle engagera la responsabilité du chef hiérarchique direct », a prévenu le général de division Serge Hervé Ngoma. 

Gageons qu’avec cette énième volonté, le racket sera réellement combattu de façon effective et qu’elle quitte enfin son statut de vœux pieu. Espérons en outre que cela ne soit pas un écran de fumée de plus sans aucune volonté manifeste d’y mettre un terme pour la seule et simple raison que les commandants en chef profiteraient aux aussi des fruits du racket. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*