Gabon: Bicéphalisme confirmé au parti de l’opposition Union Nationale

Paulette Missambo et Paul Marie GONDJOUT, les deux responsables de la scission et de la perdition de l’ Union Nationale © DR

Libreville, le 26 juillet 2022 (Dépêches 241). Samedi dernier, Lamia Nkene, a dévoilé la composition du directoire de l’Union nationale Initiale (UNI), un groupe de dissidents de l’Union nationale (UN), dirigé par Paul-Marie Gondjout. Cette cérémonie symbolique a définitivement scellé la scission de ce parti de l’opposition, en sus de lancer officiellement la guerre des chefs entre Paulette Missambo et le gendre de Zacharie Myboto.

Le Rassemblement Pour le Gabon (RPG), l’Union du Peuple Gabonais (UPG) et plus récemment le Rassemblement Héritage et Modernité (RHM). Depuis de nombreuses années, les démons de la division hantent les partis de l’opposition au Gabon. Une fatalité à laquelle n’a pas pu se soustraire l’Union nationale, dont l’unité ou ce qu’il en restait, a volé en éclat samedi dernier, lorsque Lamia Nkene a dévoilé la composition du bureau directeur de l’Union Nationale Initiale (UNI), une branche de frondeurs dirigés par Paul-Marie Gondjout, le candidat malheureux au poste de président de cette formation politique, lors du dernier congrès électif. 

LIRE AUSSI: Union Nationale: Paul-Marie Gondjout crée une branche dissidente dénommée UNI

Cette scission, n’a cependant pas surpris les observateurs avertis de la vie politique Gabonaise tant, les tensions étaient perceptibles déjà, lors de la préparation du congrès électif, qui avait d’ailleurs été plusieurs fois repoussé du fait des désaccords entre le clan Gondjout et celui de Paulette Missambo. De même, au sortir de l’élection, le déménagement du siège avait accru les dissensions entre les deux principales figures de l’Union Nationale. Une tension qui a finalement conduit plusieurs élus locaux, a créé l’Union nationale initiale, une nouvelle branche dirigée par Paul-Marie Gondjout. 

Avec cette scission, l’Union Nationale a inéluctablement perdu l’essence même de son existence. Celle d’unir et de rassembler toutes les forces de l’opposition, afin d’atteindre l’alternance politique. En outre, ce qui semble logique, est que cette division va affaiblir l’opposition dans la perspective des prochaines élections générales. Le tout, pour le plus grand malheur des partisans du changement, qui pourraient une nouvelle voir leur rêve d’alternance, se briser devant l’hôtel des intérêts égoïstes, et des querelles de clochers des leaders politiques. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*