Procès Tanasa: le Copil Citoyen soulève la responsabilité CNLCEI dans les détournements

Goeffroy Foumboula Libeka pointe du doigt la responsabilité de la Commission nationale de la lutte contre l’enrichissement illicite au regard des révélation de Patrichi Tanasa ©DR

Libreville, le 25 juillet 2022-(Dépêches 241). Dans un communiqué rendu public le 21 juillet dernier, le Copil citoyen a mis en avant la responsabilité de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite, dans la mauvaise gestion des deniers publics notamment, les détournements qui auraient eu lieu au sein de la Gabon Oil Company (GOC). 

Le procès Patrichi Tanasa a révélé la circulation illicite de flux financiers importants, entre la Gabon Oil Company et plusieurs institutions publiques et privées. Ceci, dans l’indifférence de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite. Une situation qui a poussé le Copil citoyen a dénoncé le dilettantisme  de cette institution pourtant censée lutter contre la corruption.  « S’agissant de la corruption et des détournements de fonds publics au sein de l’Etat, (…)  Le Copil Citoyen accuse premièrement la Commission Nationale de la Lutte Contre l’Enrichissement Illicite, une commission dont le budget annuel est de 2,988 milliards  » souligne le communiqué. 

Pire, pour la plateforme de la société civile, la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite, en sus de ne pas remplir ses missions prioritaires, donne le sentiment d’être complice des détournements à travers sa passivité «  Cette commission, chèrement engraissée par l’argent du contribuable, donne par contre le sentiment d’œuvrer à ce jour à protéger les corrompus et corrupteurs de la République » poursuit la note. 

Dans le même communiqué, le Copil citoyen s’est prononcé sur le procès Patrichi Tanasa qu’il a jugé globalement vicié.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*